Le désendettement des États

Le gouvernement français souhaite accélérer le désendettement de la France. Depuis les années 2000, il est très supérieur à la limite de 60 % du PIB, règle fixée par l’UE. Pour un État, les principaux leviers pour réduire son endettement sont la baisse des dépenses publiques ou la hausse des impôts.

L’actu

« Nous voulons accélérer le désendettement de la France », a déclaré jeudi dernier Bruno Le Maire lors de la présentation du nouveau programme de stabilité du pays. Le ministre de l’Économie a fixé comme objectif de ramener la dette publique à 108,3 % du PIB (la production totale de biens et de services) en 2027, contre 111,6 % en 2022. La dette publique comprend celle de l’État, de la Sécurité sociale, des collectivités territoriales et des organismes d’administration centrale.

En application du Pacte de stabilité et de croissance adopté en 1997, les États membres de l’Union européenne doivent transmettre chaque année au mois d’avril un programme de stabilité à la Commission européenne, qui veille à l’application correcte de la législation européenne sur le territoire de l’UE. Ce document présente l’évolution des finances publiques pour l’année passée, l’année en cours et, au moins, les trois années suivantes.

Dans l’UE, les États membres sont tenus de maintenir leur dette publique sous un plafond représentant 60 % de leur PIB. La France a dépassé ce plafond depuis les années 2000, sans se voir infliger de sanctions. En mars 2020, la Commission européenne a décidé de suspendre les règles budgétaires en raison du Covid-19. Du fait de la guerre en Ukraine, cette suspension est prolongée jusqu’à fin 2023.

Inscrivez-vous pour poursuivre votre lecture !

Essayez gratuitement Brief.eco pendant 30 jours.
Sans engagement ni carte bancaire.

J’ai déjà un compte