Manipulation de cours

La manipulation de cours désigne un comportement susceptible de « donner des indications trompeuses » sur « l’offre, la demande ou le cours » d’un instrument financier ou de fixer son cours « à un niveau anormal », explique sur son site Dalloz, une maison d’édition spécialisée dans la documentation juridique. Il s’agit d’un délit passible d’un emprisonnement de cinq ans et d’une amende de 100 millions d’euros ou d’un montant pouvant aller jusqu’à 10 fois les gains obtenus par la manipulation de cours. L’Autorité des marchés financiers (AMF), un organisme de régulation public indépendant, est chargée de veiller à ce qu’aucune manipulation de cours n’ait lieu.

Un exemple de manipulation de cours est la technique dite de la bouilloire : « Une personne approche des investisseurs et leur fait miroiter un fort potentiel de hausse d’une action qu’il faut saisir rapidement. Les achats ainsi suscités font monter le cours », explique l’AMF. Or, cette personne « omet de préciser à ses interlocuteurs qu’elle détient des quantités souvent importantes de ces actions ou qu’elle agit pour le compte d’un client ou d’une partie liée qui souhaite en vendre ».